Retour à "Accolade"

Concert du Quintette de cuivres Jacques Coeur, le 17 novembre 2007 au temple de Bourges




" Concert au temple "*




Le 17 novembre, le Quintette de cuivres « Jacques Cœur » nous a offert, au temple de Bourges, un concert de grande qualité.
   Nous avons pu apprécier la compétence des musiciens, leur capacité à interpréter des œuvres de très bon niveau, leur aptitude à nous présenter un programme à la fois très varié et bien représentatif des différentes possibilités qu’offre une telle formation instrumentale. Toutes ces qualités ont fait de ce concert un moment culturel à la fois riche et divertissant !
Si la trompette d’Eric Poussard et de Franck Regnier étaient la plupart du temps soutenus par le saxhorn alto de Bernard Amieux, le trombone de Didier Vinadelle, et le tuba de Christophe Lebeaupin, certains morceaux du répertoire mettaient au contraire en vedette les instruments d’accompagnement et leurs instrumentistes, à qui revenaient alors de faire ressortir la ligne mélodique et les capacités de virtuosité ou la variété des timbres de leur instrument.
     Nous avons aimé également la cohésion et la complicité des instrumentistes ; le sérieux qu’ils apportaient à leur prestation, sérieux qui savait faire place à l’humour ; la présentation pédagogique des œuvres mais aussi des instruments…
J’ai retrouvé avec plaisir un morceau déjà joué l’an passé et que je réentendrais volontiers sans jamais m’en lasser : "Just a closer walk". C’est une marche funèbre jouée dans la plus pure tradition des brass bands de la Nouvelle Orléans. Au début on sent tout le poids du chagrin de ceux qui suivent le corbillard. Mais progressivement ce chagrin s’estompe sans que l’on puisse savoir si c’est la passion du rythme et le plaisir de jouer ensemble qui entraîne les musiciens de manière irrésistible ou si c’est la ferveur de leur foi qui les fait passer des larmes de deuil à l’enthousiasme que procure l’espérance de la résurrection ! Ce qu’il y a de sûr, c’est que cet enthousiasme est communicatif ! D’autant plus que la qualité d’interprétation et la richesse d’improvisation de la première trompette sont particulièrement sensibles dans ce morceau…
    S’il faut formuler des critiques, je le ferai – mais à titre strictement personnel – à propos tout d’abord du "Yesterday" des Beatles qui - s’il nous a permis de retrouver la richesse de l’harmonisation de ce tube des « quatre garçons dans le vent » de Liverpool - avait perdu tout tonus ; dommage ! et ensuite à propos du répertoire protestant : pourquoi le tempo est-il systématiquement trop lent ? La "Cévenole" n’est pas une marche funèbre ! J’avais déjà remarqué ce défaut lors du concert de l’an passé à propos d’un psaume huguenot et d’un choral luthérien.…
    Bien sûr, en disant cela, je ne veux pas bouder le plaisir que m’a procuré cette soirée, plaisir bien partagé avec tous les participants ! D’autant plus qu’à l’issu du concert, ces dames de la paroisse nous avaient préparé un buffet  – et chacun y était invité – où tout était à la fois sympathique et excellent !
Jean-Luc Blanc

* Article paru dans Le Lien n°206 de décembre 2007