Retour à "Accolade"

Conférence de Jean-Arnold de Clermont le samedi 4 novembre 2007 à la Maison Diocésaine



"Les Églises dans l'espace public
en France et en Europe"




Visibilité *



Le pasteur J.A. de Clermont
pendant la conférence
L'Église a eu le privilège de bénéficier de la généreuse présence du Président de la Fédération protestante de France : il n'a pa été chiche de sa peine puisque, le samedi 4 novembre, il a donné une conférence de presse (dont la NR a honorablement rendu compte), puis une conférence publique dans la salle de la Maison Diocésaine fraternellement mise à disposition par nos frères "papistes" (pour reprendre un terme des réformateurs) : beau moment oecuménique puisque catholiques et protestants ont manifesté un intérêt certain pour ce sujet qui les concerne tous. Jean-Arnold de Clermont ne donne pas dans la langue de bois, et il a revendiqué pour toutes nos églises le droit à participer au débat public, sans vouloir commettre l'ancestrale erreur de prétendre régenter la société, mais sans pour autant tomber dans une humilité excessive consistant à se replier à l'intérieur de leurs lieux de culte. La montéede l'islam nous oblige à repenser les conditions de la laïcité, cent ans après la Loi de 1905. À cet égard,on peut relever une parole forte et dérangeante de l'orateur : Une Église qui n'est pas apable de financer son bâtiment et ses moyens d'existence ne mérite pas d'exister. Voilà pourquoi les protestants ne demandent pas de subventions : tel est le prix de leur indépendance. J.A. de Clermont, qui est en procès avec le maire de Montreuil, lequel avait interrompu un culte de manière intempestive, a exposé les procédes sournois utilisés par certains élus pour entraver le libre exercice du culte et la liberté de religion.
La laïcité n'est pas la propriété des laïcards, mais un combat que mènent également bons nombres de gens convaincus, croyants ou non. Elle défend, comme le dit André Comte-Sponville, "le droit de croire et de ne pas croire" (droit que défendait déjà un certain Roger Wiliams, fondateur de l'État de Rhode Island au XVII e siècle).

Philippe Malidor


* Article paru dans Le Lien n°199 de décembre 2006.



Une partie de l'assemblée pendant la conférence publique