Accueil Retour  
" À Bourges "
Retour à "L'association cultuelle"

Concert piano dans le noir avec diffusion d'arômes, le vendredi 27 novembre, au temple de Bourges
dans le cadre du Festival des Déglingués organisé par l'association Argos



Harmoniques et résonances



À 9 ans, Gilles de La Buharaye perd la vue et commence à étudier le piano   classique. En 1978, il fonde son premier trio de jazz Phileas Fogg. En 1983, il   étudie l’harmonie jazz et l’improvisation à Paris, tout en se produisant dans des   clubs de jazz avec diverses formations aux influences métissées, celtes, jazz, et   orientales.


Un beau concert, au temple de Bourges *

C’était un peu l’embouteillage à l’entrée du temple, ce vendredi soir 27 novembre, bien que la rampe d’accès ait convenablement rempli sa fonction. Nos amis handicapés ont pris place, pour certains, sans doute, pour la première fois dans un temple.
L’assistance, dans un clair obscur où scintillaient faiblement quelques bougies, a découvert le pianiste.
L’artiste, Gilles de La Buharaye, presque invisible, laissant place entièrement aux vibrations du clavier et des cordes, nous a entraînés dans sans son monde bien personnel, où se succédaient rythmes folkloriques, passages plus méditatifs, tels des accents de Satie ou des Andante de Bach. Tout cela pour le grand plaisir des jeunes et moins jeunes qui ont apprécié cette soirée peu ordinaire et très chaleureuse.
Jacqueline Chéron
* Article paru dans Le Lien n°223 de janvier 2010